La collab’ Marjolein x Natalys

A l’orée de l’hiver, nous avons besoin de chaleur, de douceur et de poésie. Une ambiance cocon que l’on retrouve dans la collection capsule, fruit d’une collaboration avec l’illustratrice Marjolein Odink.
C’est ainsi qu’ont vus le jour Fred l’ours et d’autres personnages adorables.


Interview de notre artiste coup de cœur de la saison :

Natalys : Bonjour Marjolein, si vous deviez vous présenter en quelques mots, que diriez-vous à nos lectrices ?

Marjolein : Bonjour Natalys ! Je dirais que je suis critique, optimiste, pleine de joie de vivre. Je suis aussi une impatiente… mais qui aime avoir du temps devant elle ! Pour que je me sente bien, j’ai besoin de choses simples. Rêver, un bon thé le matin, faire quelques brasses dans le lac, dîner avec mes amies. Et puis bien évidemment, un bon dessert.

N : Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur votre parcours, vos activités ?

M : J’ai grandi en Suisse alémanique, près de Bâle. Je n’avais pas un entourage très artistique autour de moi : c’était assez inconcevable de devenir graphiste dans la famille. Heureusement, j’ai eu la chance d’avoir eu des parents très ouverts. A 15 ans, voyant que j’étais passionnée de dessin, ma mère m’a inscrite à des cours de modèles vivants : j’étais la seule à ne pas avoir atteint l’âge de la retraite. Ensuite, j’ai fait des études de conceptrice en multimédia à Fribourg, ce qui ne me plaisait pas du tout. Par contre j’ai appris à parler le français ! Et puis par hasard, sans avoir vu beaucoup de films d’animation, je me suis retrouvée à travailler sur des films de stop motion comme peintre de décor. C’était merveilleux !
J’ai ensuite voyagé, notamment en Asie et en Australie, et j’ai finalement posé mes valises à Paris pendant un temps. C’est là que j’ai découvert le métier de dessinatrice textile et que j’ai retrouvé ma passion pour le dessin (que j’avais un peu perdue en route).
Aujourd’hui, je suis à Genève, j’ai un métier de rêve et plein de projets dans la tête qui attendent à être réalisés.

N : Parlez-nous de vos inspirations au quotidien. Qu’est-ce qui vous influence, comment entretenez-vous votre créativité ?

M : Mon inspiration, c’est un peu de tout. Ça peut être un arbre magnifique, une tasse de café, une affiche de théâtre, un graffiti, un joli motif sur une vieille robe, des rêves d’enfants, une image sur Instagram, un moment au bord de l’eau avec mes enfants. Parfois, mon fils de 4 ans me dit quoi dessiner et avec quelles couleurs. C’est un très bon exercice.
Par contre, j’évite d’aller sur Instagram ou sur Internet en général… Je trouve ça assez paralysant. Je me suis rendue compte en déménageant de Paris à Genève, que l’ennui m’aide à être créative. S’il y a beaucoup de choses jolies autour de moi, je ne ressens plus l’envie de créer. Souvent, pour créer, je me demande ce que j’aimerais offrir à mes enfants ou à moi-même. Et parfois, j’ai juste une idée, une envie, et je la dessine.

N : Comment définiriez-vous votre style ?

M : Je pense que mon style est assez naïf, avec une forte influence scandinave, et des inspirations naturelles. J’aime quand la poésie rencontre un sourire.

N : Comment a commencé votre aventure avec Natalys ?

J’ai eu le plaisir de rencontrer une styliste adorable de Natalys sur le Salon de Première Vision à Paris.
Elle a beaucoup aimé mes dessins qui étaient faits 100% à la main… Ce qui m’a fait extrêmement plaisir, puisqu’il se trouve que j’avais envie d’évoluer dans cette direction-là !

N: Comment avez-vous imaginé la capsule ?

M : Quand on se sent bien avec une commande, le travail de réflexion n’est pas particulièrement intense. Pour être honnête, les personnages sont arrivés tout seuls.

N : Quelle est votre pièce coup de cœur ?

M : J’aime beaucoup Fred l’ours. J’aimerais bien faire du patinage avec lui. Je suis sûre qu’on rigolerait beaucoup tous les deux. Quand on crée des personnages, on entretient une relation avec eux, on y est attachés. C’est d’autant plus un plaisir de travailler pour un joli vêtement de qualité, conçu et réalisé avec amour.
Dans la vie pratique, j’adore le pyjama couverture. Ma fille dort super bien dedans !

giphy

N : Ça ressemble à quoi, le quotidien d’une maman illustratrice ?

M : Les lundis et vendredis, je garde mes enfants : Yann, 4 ans, et Lotta, 18 mois.
Je dessine quand je peux. Parfois, il y a une grande frustration quand on a plein d’idées et qu’on ne peut pas les concrétiser parce qu’ils ont faim, sont malades, veulent jouer ou que c’est l’heure de les coucher…
Je suis pas très matinale. Pour moi, le matin, c’est le moment où on organise la journée avec les enfants. J’adore travailler la nuit quand la ville s’endort. C’est à ce moment-là que je rattrape mes journées.
Quand mon garçon n’arrive pas à dormir, il se met parfois à côté de moi et nous dessinons ensemble. C’est le bonheur d’être maman illustratrice !

N : On adore vos dessins d’animaux, d’où viennent tous ces personnages ?

M : De mon enfance. Quand j’étais petite, les animaux étaient mes amis. A cette époque, la différence entre mon imaginaire et le monde du réel était très fine à mes yeux ! Ces amis étaient pour moi les plus fidèles, ils n’appartenaient qu’à moi.

N : Merci beaucoup Marjolein !

Retrouvez les vêtements de la collection capsule  juste ici:

grenouillère natalys 16HNIM91GRL-1-GRENOUILLERE_ML 16HNIF91GRL-1-GRENOUILLERE_ML

16HEEQ94TRB-1-TURBULETTE 16HEEQ92TRB-1-TURBULETTE 16HEEQ91TRB-1-TURBULETTE

16HEEQ92AAT_1recto 16HEEQ91AAT_1recto16HEEQ95AAT-1-AUTRES_ACCESSOIRES_TEXTILE_PUE


Aucun commentaire

Laisser un commentaire