Collab : Natalys x Le Petit Lucas du Tertre

Récit d'une jolie collaboration

Natalys et Le Petit Lucas du Tertre s’associent le temps d’une collaboration estivale haute en couleurs ! Interview des créatrices et récit d’une belle rencontre.

Natalys : Bonjour Marie et Clémence ! Pouvez-vous vous présenter à nos lectrices ?

Marie : Bonjour ! Moi c’est Marie (Lucas), j’ai deux enfants, Violette (11 ans) et Sacha (3 ans).
Clémence : Bonjour ! Et moi Clémence (du Tertre), maman aussi de deux enfants, Théodore (8 ans) et Léopold (3 ans et ½). Anciennes juristes et avocates, nous sommes aujourd’hui chefs d’entreprise puisque nous avons créé ensemble Lucas du Tertre il y a une dizaine d’années.

Clémence & Marie

Natalys : Comment est né et a évolué Lucas du Tertre ?

Marie et Clémence : Nous étions toutes les deux dans le secteur de la mode (juriste et avocate en Droit d’auteur), donc nous connaissions déjà le domaine.
Parallèlement, nous adorions voyager, notamment en Inde. Aussi, nous avons lancé notre marque de textile, avec une fabrication artisanale indienne.
Pour le nom, c’est assez simple, “Lucas du Tertre” vient de la contraction de nos deux noms de famille !
Même si nous avons d’abord développé une gamme de vêtements pour femmes, nous avons tout de suite donné une touche très enfantine et ludique à nos créations, avec beaucoup de motifs fantaisie, d’imprimés.
Plus tard, nous avons créé le Petit Lucas du Tertre, marque de vêtements enfant. Puis nous avons aussi décliné nos motifs sur du linge de lit afin de passer de la saisonnalité de la mode enfantine à l’intemporalité de la déco.

Natalys : Pourquoi avoir fait le choix d’une production artisanale ?

Marie et Clémence : Dès le début, nous nous sommes fixées un objectif : travailler de manière poétique et éthique.
Nous avions envie de mettre en valeur l’artisanat, de sortir de la logique de production de masse. En Inde, nos textiles sont produits dans de petites unités, les tissages sont faits à la main, les tissus sont imprimés au bloc ou selon la technique du batik, les couleurs sont notamment obtenues à partir de pigments naturels (comme la peau de grenade).
Nous travaillons avec une femme indienne, Hansa, qui a monté sa propre entreprise quand elle était jeune et qui ne s’est jamais mariée, une vraie aventurière !
Elle a beaucoup voyagé et acquis une connaissance affûtée de l’artisanat textile indien. Aujourd’hui, elle a 80 ans, et c’est sa nièce Kavita qui prend le relais. C’est une dame qui a beaucoup oeuvré et oeuvre encore pour ses employés.
Elle les aide à trouver des logements, veille à la scolarisation de leurs enfants, et même plus tard à leur trouver un emploi. C’est vraiment important pour nous de travailler avec des personnes comme elle !

 

1493219700-india-2.jpg

1493219611-india-1.jpg

 

Natalys : Qu’est-ce qui vous inspire ?

Marie et Clémence : On a besoin toutes les deux de liberté, de joie de vivre, de couleurs, de décalage. C’est de là que nous vient notre inspiration. On veut exploser le noir, gris, neutre, on s’ennuie de la ville, on veut lui redonner des couleurs !

Natalys : Est-ce que le fait d’avoir des enfants a changé votre rapport à la création ?

Marie et Clémence : Non, pas vraiment. Ils nous aident parfois en tant que modèles. Et puis, ils commencent à affirmer leurs goûts, à nous donner leur avis, notamment sur des imprimés. Bon, bien sûr, nous ne les écoutons pas toujours, mais paradoxalement, ils ont tendance à nous remettre dans la réalité, quand nous devenons un peu trop fantaisistes.

Natalys : Auriez-vous des conseils à donner aux jeunes mamans entrepreneuses ?

Marie et Clémence : Trouver une bonne nounou ! Honnêtement, c’est dur de gérer sa vie de famille et son boulot de manière parfaitement équilibrée.
Créer son entreprise, c’est comme avoir un enfant en plus ! Donc pas de culpabilité si parfois, il y a des petits ratés, dans la vie de famille comme au boulot… Heureusement, nous avons des conjoints très présents, qui nous soutiennent.
Quand nous partons en Inde deux semaines par an, quand nous faisons des salons le week-end, ils prennent le relais.

1493219816-la-tribue-2.jpg

Natalys : Comment s’est passé votre rencontre avec Natalys ?

Marie : On adore tous les classiques de Natalys… Nous les avons contacté pour leur proposer notre fantaisie. Cela a donné lieu à notre collaboration !

Natalys : Racontez-nous votre collaboration.

Marie et Clémence : C’était un beau travail d’équipe. Chez Natalys, on travaille de manière plus rationnelle. Nous, nous sommes très instinctives !
On peut dire que Natalys a réussi à dompter notre fougue, pour un résultat à mi-chemin entre nos deux identités.
Nous avons travaillé sur le thème de Cuba, avec une influence savane de Natalys. Ce qui a donné les voitures cubaines et nos jolis perroquets. L’imprimé mixte, lui, est inspiré d’une céramique cubaine.

Natalys : Un dernier mot pour nos lectrices ?

Marie et Clémence : “Rendre possible l’impossible”, c’est la devise du Petit Lucas du Tertre ! Nous sommes vraiment heureuses de tenter de faire le pont entre l’Inde et Paris, entre tradition et modernité et entre artisans et grand public. En espérant que les mamans et futures mamans apprécieront !

Natalys : Merci à vous deux !

Vous devriez aussi aimer..
Rentrée : zoom sur les modes de garde

Rentrée : zoom sur les modes de garde

Zoom sur la collection Smiley

Zoom sur la collection Smiley

TUTO : 5 Techniques pour porter son bébé

TUTO : 5 Techniques pour porter son bébé


Aucun commentaire

Laisser un commentaire